Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

PPE : « L’électricité n’est pas l’alpha et l’oméga ; toutes les EnR auront leur place » (J. Nyssen, SER)

News Tank Energies - Paris - Interview n°268509 - Publié le 25/10/2022 à 09:30
- +
Jules Nyssen, président du SER -

« Il ne faut pas considérer que l’électricité est l’alpha et l’oméga de la PPE Programmation pluriannuelle de l'énergie . Celle-ci doit porter sur d’autres formes d’énergie, à commencer par la chaleur qui concerne directement tout ce qui touche au résidentiel, au logement. Toutes les filières devront trouver leur place : les bioénergies, la géothermie, l’hydroélectricité ou encore les EMR Énergies Marines Renouvelables . Toutes ont leur place dans la gamme de solutions qui feront un mix énergétique équilibré et efficace dans la décarbonation de l'économie. Car n’oublions pas que l’objectif de neutralité carbone en 2050 ne sera pas possible sans ces solutions », déclare Jules Nyssen, nouveau président du SER Syndicat des énergies renouvelables qui prend ses fonctions ce 25/10/2022, à News Tank.

« Ma première priorité sera d’essayer de peser dans le débat public afin que le PJL Projet de loi sur les EnR Énergies renouvelables soit le plus efficace possible pour le développement de ces énergies, avec toutes les difficultés qui vont sans doute être soulevées au cours de son examen parlementaire. »

Jules Nyssen répond aux questions de News Tank.


Un petit mot sur les douze années de Jean-Louis Bal Président @ Syndicat des énergies renouvelables (SER)
passées à la tête du SER ?

Jean-Louis Bal a su accompagner la montée en puissance des énergies renouvelables dans le débat politique. Il y a 12 ans, quand il est arrivé à la tête du SER, c’était une affaire de pionniers et de start-up même s’il y avait déjà de gros acteurs. Aujourd’hui, tout ceci s’est industrialisé d’une certaine manière.

Il a apporté une voix crédible qui, de surcroît, concerne l’ensemble des branches de la filière et pas seulement l’électricité car nous avons parfois trop tendance à focaliser exclusivement sur les enjeux liés à l'électricité, certes fondamentaux, oubliant que l’énergie est aussi synonyme de besoins en termes de chaleur ou de transport. Il faut par conséquent traiter l’ensemble des domaines. Il a apporté cela avec beaucoup de crédibilité et de sérieux.

Cela permet aujourd’hui d’avoir un organisme interprofessionnel qui a vraiment sa place dans le débat public, et qui peut être un partenaire pour le Gouvernement.

Quelle nouvelle dynamique souhaitez-vous impulser ?

J’aborde tout cela d’abord avec modestie. On ne prend pas la suite de Jean-Louis Bal comme cela. J’ai besoin de prendre en compte tout le travail qui a été fait, j’ai besoin de comprendre un peu comment cela fonctionne. Maintenant, il y a une actualité législative avec le projet de loi d’accélération des EnR qui requiert beaucoup d’attention.

Ma première priorité sera d’essayer de peser dans le débat public »

Ma première priorité sera d’essayer de peser dans le débat public pour faire en sorte que ce texte soit le plus efficace possible pour le développement des énergies renouvelables, avec toutes les difficultés qui vont sans doute être soulevées au cours de son examen parlementaire.

Après cette priorité immédiate, même si ça peut apparaître un peu en décalage en termes de temporalité, le deuxième enjeu, à moyen terme, est de travailler à la pédagogie autour des énergies renouvelables. Je souhaite montrer que les EnR ne s’opposent pas aux autres formes d'énergie. Car l’objectif est de faire de l’énergie décarbonée.

Nous ne sommes pas dans l’opposition nucléaire contre renouvelables et nous ne sommes pas non plus dans l’opposition renouvelables / biodiversité par exemple. Par conséquent, nous devons être très pédagogues pour éviter qu’il y ait des fausses informations ou fausses rumeurs qui circulent et qui, in fine, polarisent les débats.

Nous devons être très pédagogues pour éviter qu’il y ait des fausses informations ou fausses rumeurs »

Je suis un peu surpris, même si je m’y attendais, de voir à quel point il peut y avoir des crispations à certains endroits. Mon deuxième objectif est donc d’essayer de faire le plus de pédagogie possible et d'être à l’écoute de ce que les uns et les autres ont à dire face aux enjeux auxquels nous sommes confrontés.

Le SER est-il voué à discuter avec toutes les filières ? Il n’y a pas de dogmatisme sur toutes ces questions ?

Oui, absolument tant qu’on parle d’énergie décarbonée dans la mesure où nous représentons la filière des énergies renouvelables. Je souhaite que le SER approfondisse ses relations avec des organisations plus spécialisées comme la FEE France Energie Eolienne, représente, promeut et défend l’énergie éolienne en France• Création : 1996• Composition : 330 membres• Missions :- Prises de position au nom de la filière- Interlocuteur… ou Enerplan Syndicat patronal dont les membres sont issus des branches de l’industrie, de la construction, du commerce et des services de l’énergie solaire• Mission : animer, représenter et défendre les… . Nous devons travailler intelligemment.

Si nous parlons d’une même voix, cela aura plus de force »

Nous ne sommes pas obligés d’être d’accord sur tout, mais nous pouvons nous trouver de vrais points communs ; je pense que la période y est propice. Si nous parlons d’une même voix, cela aura plus de force. Cela en vaut la peine.

Comment comptez-vous peser dans les débats du PJL sur l’accélération des EnR ?

Un travail classique s’ouvre devant nous avec une série d’amendements qui vont être proposés aux commissions du Sénat en première lecture, avant l’Assemblée nationale. Il est donc important que le Sénat puisse intégrer un certain nombre de choses.

Cela passe aussi par la recherche d’accords avec un certain nombre d’acteurs via un travail d’influence. Ce travail ressemble à ce que j’ai fait quand j'étais délégué général de Régions de France dans la phase parlementaire. Ce sont les sénateurs et les députés qui rédigent la loi et qu’il faut convaincre. Et cela ne se fait pas forcément sur les plateaux télé.

La simplification des procédures, au cœur du PJL sur les EnR, est-elle la clé indispensable du développement des projets ?

C’est une des conditions nécessaires car nous savons qu’il y a des retards en France par rapport à ses voisins européens sur cette question précise. Mais simplifier ne veut pas dire s’assoir sur un certain nombre de priorités, comme la préservation de la biodiversité.

Simplifier ne veut pas dire s’assoir sur un certain nombre de priorités »

Il faut réfléchir à des manières de faire qui permettent d’aller plus vite plutôt que d’accumuler des phases de concertation ou administratives qui, in fine, ne servent pas à grand chose. Nous pouvons faire des choses de qualité en étant très transparent dès le départ du projet. Le SER demande aussi, au-delà de la simplification, qu’il y ait des indicateurs pour mesurer le nombre d’autorisations données, et ainsi faire un suivi quantitatif. Il faut des objectifs chiffrés pour vérifier que nous avançons au bon rythme.

Ceci étant, cela ne remplacera jamais la nécessité du débat public local et la concertation. Les procédures ne doivent pas rajouter de la complexité.

Les éoliennes terrestres peuvent-elles pâtir du développement annoncé des parcs éoliens en mer ?

L’éolien sur terre connaît des difficultés depuis déjà un moment. Mais cela serait une erreur de penser que les parcs offshore pourraient compenser le développement des éoliennes terrestres. D’autant que les solutions de court terme, pour pallier le déficit de production de l’énergie, passent par le déblocage des projets de l’éolien terrestre.

Quelle est l’ambition du SER sur la future PPE ?

L’objectif est d’abord de ne pas considérer que l’électricité est l’alpha et l’oméga de la PPE. Celle-ci doit porter sur d’autres formes d’énergie, à commencer par la chaleur qui concerne directement tout ce qui touche au résidentiel, au logement. Il ne faut pas se retrouver uniquement dans un débat sur l’électricité, car on laissera de côté une partie du problème.

Les EnR électriques devront être déployées très massivement, même avec une relance du nucléaire »

La seconde ambition est de dire qu’il faut sortir de l’opposition entre EnR et autres énergies décarbonées comme le nucléaire. Les énergies renouvelables électriques devront être déployées très massivement, même dans le cas d’une relance du nucléaire. Les scénarios de l’Ademe L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l'énergie, renommée Agence de la transition écologique en 2020, est un EPIC placé sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique… et de RTE Gestionnaire du réseau de transport d'électricité français.- 106 874 km de lignes électriques• Création : 2000• Actionnariat : EDF (50,1 %), CDC (29,9 %) et CNP Assurances (20 %)• Missions :… vont d’ailleurs dans ce sens.

Enfin, toutes les filières devront trouver leur place dans la PPE : les bioénergies bien sûr, mais aussi la géothermie, l’hydroélectricité, les énergies marines renouvelables. Toutes ont leur place dans la gamme de solutions qui feront un mix énergétique français équilibré et efficace dans la décarbonation de notre économie. Car n’oublions pas que l’objectif de neutralité carbone en 2050 ne sera pas possible sans ces solutions.

Dans quelle mesure le poste que vous occupiez jusqu'à aujourd’hui va pouvoir vous aider dans votre nouvelle mission ?

Je pense assez bien connaître effectivement les préoccupations des élus qui eux-mêmes répercutent ce que ressentent les citoyens. Face aux blocages et avec ceux qui veulent avancer, le SER doit porter des propositions et doit être en situation de montrer aux professionnels et développeurs que leurs projets sont des projets de territoire. Les EnR sont caractérisées par des projets de territoire avec des enjeux de proximité et de rapport aux habitants, au paysage et à l’environnement. L’objectif est de créer le plus possible de consensus.

L’objectif est de créer le plus possible de consensus »

J’ai également une expérience de directeur général des services de la ville de Montpellier. Dans une ville, quel que soit le projet, comme un programme immobilier ou une nouvelle salle de sport, le consensus n’est pas immédiat. C’est toujours un peu compliqué, il faut convaincre les riverains. Fort de cette expérience, via le dialogue, j’essaierai de faire avancer des propositions pour, surtout, dépassionner le débat, même s’il est passionnant de façon générale.

Jules Nyssen


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Régions de France
Délégué général
Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT)
Directeur de l’INSET de Dunkerque
Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT)
Directeur régional délégation Nord-Pas-de-Calais
Ateliers Jean Nouvel (AJN)
Président exécutif
Mairie de Montpellier
Directeur général des services
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Directeur général des services
Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur
Conseiller du président

Établissement & diplôme

Université d’Aix-Marseille 2
agrégé d'économie

Fiche n° 46688, créée le 05/07/2022 à 08:50 - MàJ le 05/07/2022 à 08:56

Syndicat des énergies renouvelables (SER)

Le SER (Syndicat des énergies renouvelables) représente l’ensemble des filières des énergies renouvelables en France.
Création : 1993
Missions :
- Accroître la part des énergies renouvelables dans la production énergétique en France
- Participer activement à l’élaboration des textes législatifs et réglementaires
- Accompagner ses adhérents et faciliter leur déploiement en France et à l’international
- Développer et promouvoir des labels et certifications de qualité
Effectifs : 150 000 emplois directs et indirects
Adhérents : 450
Président : Jules Nyssen (depuis le 25/10/2022)
Délégué général : Alexandre Roesch
Contact : Gilles Corman, directeur de la communication
Tel : 01 48 78 05 60


Catégorie : Groupement professionnel


Adresse du siège

40-42 rue La Boétie
75008 Paris France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 13263, créée le 28/03/2022 à 12:16 - MàJ le 24/11/2022 à 20:38

Jules Nyssen, président du SER -