Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

« Non, la COP 27 n’a pas été une occasion manquée » (Maher Chebbo, Envision Digital)

News Tank Energies - Paris - Tribune n°271283 - Publié le 21/11/2022 à 17:50
- +
©  News Tank
Maher Chebbo - ©  News Tank

« La baisse des coûts des technologies d’approvisionnement en énergie, en particulier de certaines énergies renouvelables (éolienne et solaire) et des technologies de stockage de l'énergie (batteries lithium-ion), a contribué à accélérer leur déploiement, avec des capacités importantes désormais en service et qui s’ajoutent chaque année. Cette avancée, mise en avant pendant la COP Conférence des parties 27, est telle que, désormais, le sujet de la technologie, de son financement, et de son acceptabilité est au cœur des institutions multinationales. Le digital prendra une importance considérable. Il s’agit d’une avancée très positive vers une démarche plus concrète, pragmatique et opérationnelle pour mener à bien la transition énergétique. Alors non, la COP 27 n’a pas été une occasion manquée de ce côté là », déclare Maher Chebbo, directeur général d’Envision digital, dans une tribune transmise à News Tank le 21/11/2022.

La COP 27 s’est déroulée du 06 au 18/11/2022 à Charm el-Cheikh en Égypte. « L’accord n’est pas assez ambitieux sur les objectifs de réduction de GES Gaz à effet de serre  et sur la sortie des énergies fossiles. Sur ces deux points durs, nos appels à aller plus loin n’ont pas été entendus. (…) Nous le regrettons, c’est une opportunité manquée », a déclaré Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, en clôture de la COP 27, le 20/11/2022.


« Les systèmes énergétiques, l'épine dorsale de la transition vers une économie mondiale nette zéro »

  • À la demande d’Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, un groupe composé d’ingénieurs et de d’experts des systèmes énergétiques de qualité internationale a été réuni pour la COP 27 afin d'élaborer des recommandations concrètes visant à accélérer la transition vers des systèmes énergétiques à faible émission de carbone. Ce Conseil des ingénieurs pour la transition énergétique dont je fais partie (le CEET, qui est sans doute devenu le pivot dans le dispositif multilatéral à la faveur de la COP 27) et créé spécialement pour conseiller le secrétaire général des Nations unies a été l’un des grands pas de cette dernière COP, trop souvent peu visible par les médias et les commentateurs.
  • Au cœur du défi de la décarbonation se trouvent le déploiement et l’utilisation des systèmes énergétiques, qui produisent actuellement près des trois quarts des émissions mondiales de gaz à effet de serre et constituent l'épine dorsale de la transition vers une économie mondiale nette zéro.
  • La baisse des coûts des technologies d’approvisionnement en énergie, en particulier de certaines énergies renouvelables (éolienne et solaire) et des technologies de stockage de l'énergie (batteries lithium-ion, par exemple), a contribué à accélérer leur déploiement, avec des capacités importantes désormais en service et qui s’ajoutent chaque année. D’autres technologies à faible teneur en carbone déployées commercialement (par exemple, l'énergie nucléaire) et les énergies renouvelables (l’hydroélectricité) sont présentes dans le système énergétique depuis des décennies. Toutefois, les progrès en matière de déploiement ont été inégaux selon les régions. Les chaînes d’approvisionnement mondiales ne sont pas actuellement équipées pour fournir le large éventail de technologies à l'échelle nécessaire pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris ou ne sont pas bien réparties entre les régions pour assurer une transition énergétique mondiale durable et juste.
  • De plus, de nombreuses technologies actuellement disponibles doivent être améliorées, soutenues par des politiques et des investissements, et acceptées par le public. Des investissements supplémentaires dans les réseaux électriques mondiaux sont nécessaires pour soutenir des degrés élevés d'électrification et de pénétration des énergies renouvelables et assurer la création d’un secteur électrique fiable, résilient et abordable.
  • Le sujet du digital a par ailleurs été présenté comme décisif au cours de la COP. En effet, la digitalisation des systèmes électriques, les bien nommés « smartgrids » ou « microgrids » et autres dispositifs digitaux, comme la digitalisation des installations renouvelables, de l’efficacité énergétique des bâtiments, du stockage (batteries, géo-stockage ou hydrogène) et du cycle de vie du carbone participent de manière décisive à la réduction de l’intensité énergétique de l’économie et à sa décarbonation.
  • Pour l’après COP27, le CEET Conseil des ingénieurs pour la transition énergétique a une feuille de route et des priorités très claires :
    • Tirer parti de l’expertise mondiale du CEET pour renforcer la collaboration et la connectivité régionales et mondiales autour des filières technologiques et des financements correspondants.
    • Travailler en collaboration avec d’autres agences (par exemple, l'AIE Agence internationale de l'énergie , l'Irena Agence internationale pour les énergies renouvelables , l'Iddri Institut du développement durable et des relations internationales et les associations technologiques/industrielles) et les parties prenantes dans les pays pour identifier les priorités et développer des feuilles de route impartiales, neutres sur le plan technologique, qui identifient les voies pratiques à suivre, les indicateurs de progrès, les étapes clés et les recommandations politiques spécifiques aux différents pays et régions.
    • Communiquer les sujets techniques d’une manière accessible pour soutenir une prise de décision éclairée et la gestion des risques pour les décideurs politiques, les investisseurs et les acteurs du secteur privé dans la transition vers des systèmes d'énergie nette zéro.
    • Servir de ressource pour les décideurs nationaux et les institutions multilatérales qui ont besoin de points de vue impartiaux sur la combinaison technologique potentielle qui peut le mieux soutenir la transition.
  • Désormais, le sujet de la technologie, de son financement, et de son acceptabilité a été élevé au cœur des institutions multinationales, et le digital prendra une importance considérable.
  • Il s’agit d’une avancée très positive vers une démarche plus concrète, pragmatique et opérationnelle pour mener à bien la transition énergétique. On peut s’en réjouir et féliciter la démarche éclairée de l’ONU et de son secrétaire général en la matière.

Maher Chebbo


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Envision Digital
Directeur général Europe
Accenta.ai
Membre non exécutif du conseil d’administration
ONUDI
Membre du Conseil des ingénieurs pour la transition énergétique (CEET) & la neutralité carbone
Elisa
Membre du conseil d’administration non exécutif
ETIP Batteries Europe
Président de la Task Force européenne sur les piles numériques
CTECHNOLOGYS
Fondateur
GE Digital
Responsable mondial du commerce et de l’innovation numérique
ESMIG
Président
REEEP
Président du conseil d’administration
ARMINES
Membre du conseil d’administration
SAP
directeur général pour la transformation des industries numériques de la région EMEA
Plateforme européenne de technologie et d’innovation
Président / co-président du groupe sur l'énergie numérique
SAP
Directeur SAP INSPIRE
SAP
Directeur de l'équipe Global Field Operations Sales & Marketing
SAP
Ingénieur en solutions, chef de l’unité commerciale des ventes et conseiller stratégique du président de SWE
Capgemini
Directeur de l’ingénierie logicielle pour les services publics, les télécommunications et les médias
ARMINES
Ingénieur de recherche en énergie et sciences des données

Fiche n° 46772, créée le 12/07/2022 à 13:39 - MàJ le 15/07/2022 à 09:06

Envision digital

Entreprise spécialisée dans les technologies de l’AIoT de classe mondiale qui aide les gouvernements et les entreprises à accélérer les progrès vers un avenir net zéro carbone.
Missions :
- Fournisseur de solutions de premier plan pour la production intelligente d'énergie renouvelable, l’efficacité de la consommation et le stockage intelligent et flexible
- Optimise les énergies renouvelables intelligentes, les infrastructures urbaines et les solutions de gestion du carbone
Effectif : 800 employés (2022)
Implantation  : l’entreprise compte 12 bureaux : en Chine, en France, au Japon, en Allemagne, en Norvège, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis, avec un siège à Singapour.
Directeur général Europe : Maher Chebbo
Contact


Catégorie : Fournisseur


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 13794, créée le 12/07/2022 à 14:08 - MàJ le 12/07/2022 à 14:22

©  News Tank
Maher Chebbo - ©  News Tank