Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Système électrique : un risque sur la sécurité d’approvisionnement « faible » pour l’hiver 2024 (RTE)

News Tank Energies - Paris - Actualité n°305511 - Publié le 08/11/2023 à 13:30
- +
©  D.R.
Xavier Piechaczyk, Thomas Veyrenc et Jean-Paul Roubin le 08/11/2023 - ©  D.R.

« Après les incertitudes avant l’hiver 2022-2023 liées à la production nucléaire, au niveau de la consommation et à l’inconnue de la météo, le risque sur la sécurité d’approvisionnement pour l’hiver 2024 est faible », déclare Xavier Piechaczyk Président @ Think Smartgrids • Président du directoire @ Réseau de Transport d'Électricité (RTE)
, président du directoire de Réseau de Transport d'Électricité Gestionnaire du réseau de transport d'électricité français.- 106 874 km de lignes électriques• Création : 2000• Actionnariat : EDF (50,1 %), CDC (29,9 %) et CNP Assurances (20 %)• Missions :… , lors de la présentation de l’étude prévisionnelle du gestionnaire pour l’hiver 2023-2024, le 08/11/2023.

« Si la consommation électrique des Français reste à des niveaux comparables à l’image de la baisse de 9 % pendant l’hiver 2023, et compte tenu de la situation plus favorable de la disponibilité du parc nucléaire à ce jour, nous n’avons pas d’inquiétude sur la sécurité d’approvisionnement pour les mois de novembre et de décembre 2023. Il y a une meilleure disponibilité des moyens de production, des niveaux élevés pour les stocks hydraulique et gazier, et des échanges fluides au niveau européen. Le risque de déséquilibre entre l’offre et la demande en électricité est donc faible. Le risque reste faible pour le cœur de l’hiver en janvier et février 2024 même s’il y a des incertitudes en cas de vagues de froid », ajoute Thomas Veyrenc Membre du directoire en charge de l’économie, de la stratégie et des finances @ Réseau de Transport d'Électricité (RTE) • Directeur exécutif Stratégie, Prospective et Évaluation @ Réseau de… , membre du directoire de RTE Réseau de transport d'électricité en charge de l’économie, de la stratégie et des finances.

L’application EcoWatt, service de « météo de l'électricité » de RTE, développée en partenariat avec l’Ademe, s’enrichit d’une nouvelle fonctionnalité depuis le 07/11/2023. EcoWatt affiche désormais les heures durant lesquelles les Français peuvent couvrir toute leur consommation à partir d’une production nationale d’électricité décarbonée (nucléaire, hydraulique, éolien, solaire).


« Une meilleure disponibilité des moyens de production » (Thomas Veyrenc)

« La disponibilité du parc nucléaire pourrait atteindre un maximum de 50 GW en janvier 2024 »

  • « En 2023, tous les déterminants de la sécurité d’approvisionnement en électricité ont évolué dans un sens favorable, à commencer par la disponibilité du parc nucléaire.
  • Alors que la production des centrales françaises était affectée, notamment par les problèmes de corrosion sous contrainte, avec un total de 279 TWh Térawatt-heure en 2022, la disponibilité du parc pourrait atteindre un maximum de 45 GW mi-décembre 2023 et 50 GW Gigawatt en janvier 2024, soit 6 GW de plus qu’en janvier 2023.
  • Il ne s’agit toujours pas d’une situation nominale pour le parc nucléaire, dont la disponibilité avoisinait en moyenne 55 GW sur novembre et décembre 2019 avant la crise du Covid, mais la situation est en très forte amélioration par rapport à l’hiver 2023. La disponibilité du parc nucléaire devrait même s’établir à des niveaux supérieurs à ceux de l’hiver 2021-2022 de décembre jusqu’en janvier, et à des niveaux similaires ensuite.
  • Les perspectives de production nucléaire pour 2023 sont comprises entre 300 et 330 TWh. C’est beaucoup plus bas que dans les années 2010-2020 mais suffisant pour la sécurité d’approvisionnement. »

Disponibilité prévisionnelle du parc nucléaire au 06/11/202 - ©  RTE

« Un niveau très favorable des stocks dans l’hydraulique »

  • « L’année 2022 a été marquée par une sécheresse exceptionnelle, ce qui a entraîné à l’été 2022 une production hydraulique au plus bas depuis 1976, et un niveau de remplissage des stocks hydrauliques historiquement bas à la sortie du printemps 2022. Par la suite, la gestion prudente des exploitants et les températures douces ont permis de revenir au fil de l’hiver 2022-2023 à des valeurs proches des moyennes historiques.
  • Après une sécheresse marquée en début d’année 2023, le niveau de remplissage des stocks hydrauliques en novembre 2023 est très favorable et reste au-dessus des moyennes historiques. C’est très important dans la mesure où l’hydroélectricité est la deuxième source de production d'électricité en France. »

Évolution du stock hydraulique entre 2022 et 2023 - ©  RTE

« L'éolien redevient la troisième source de production d'électricité »

  • « L’indicateur que nous suivons sur les renouvelables concerne le rythme d’installation, notamment pour les filières qui participent le plus à la sécurité d’approvisionnement en hiver, c’est-à-dire l'éolien en 2023.
  • De manière générale, nous sommes sur un rythme de développement des installations qui est comparable à celui de 2022 pour toutes les énergies renouvelables terrestres. Pour l'éolien, nous sommes sur le même niveau que 2022, a priori sur toute l’année en ajoutant l'éolien terrestre et l'éolien en mer, avec la mise en service des parcs de Saint-Brieuc et de Fécamp pour une puissance combinée de 1 GW, qui s’ajoutent au parc de Saint-Nazaire (0,5 GW). Tout cela montre que nous ne sommes pas encore dans une trajectoire d’accélération.
  • Nous retrouverons une situation dans laquelle l'éolien va redevenir la troisième source de production d'électricité. Concrètement, nous produirons plus à base d'éoliennes qu'à base de gaz en 2023. C'était déjà le cas en 2021, mais cela n’avait pas été le cas en 2022, du fait de la sollicitation plus forte des centrales à gaz en situation de crise énergétique.
  • À noter que, du côté des centrales à charbon, les deux dernières centrales (Cordemais et Saint-Avold) seront disponibles cet hiver. Leur sollicitation devrait rester très limitée et bien en deçà du plafond encadrant leur durée de fonctionnement. »

Évolution des parcs éolien et photovoltaïque entre 2010 et 2023 - ©  RTE

« Des stocks de gaz remplis quasiment à 100 % »

  • « Cette année, en France comme en Europe, les stocks de gaz sont remplis quasiment à 100 %. On est au dessus des moyennes historiques. Les objectifs européens ont été largement atteints pour plusieurs raisons, notamment du fait de la baisse de la consommation de gaz dans toute l’Europe.
  • Alors pourquoi surveille-t-on les stocks de gaz ? Pour deux raisons.
    • La première est que nous avons une partie de notre parc qui utilise du gaz. C’est une partie qui est petite par rapport aux autres pays européens, mais c’est une partie qui est importante notamment l’hiver.
    • Et puis nous sommes un système interconnecté. Nous faisons des analyses au périmètre de l’Europe tout entière et nos voisins dépendent plus du gaz que nous. Donc, ce qui a un impact sur eux peut en avoir un sur nous. Nos homologues gaziers ont publié leurs perspectives sur l’hiver 2024 qui sont également rassurantes, au cours du mois d’octobre 2023.
  • Malgré ces signaux favorables, quelques points de vigilance demeurent et portent principalement sur la deuxième partie d’hiver 2024. Les analyses de GRTgaz du 09/10/2023 ont en effet montré que la France peut être concernée par des déficits ponctuels de gaz en cas d’hiver froid et si les stocks de gaz atteignent des niveaux bas sur cette période. »

« La météo et la consommation, des paramètres à suivre »

  • « Les paramètres que nous suivrons particulièrement sont bien sûr les conditions météo, mais également, sur le plan structurel, la consommation corrigée. Si elle reste comme aujourd’hui avec des économies d'énergie, la situation sera réellement très favorable. Nous vérifierons que la disponibilité effective du parc nucléaire est bien cohérente avec notre courbe. Là encore, comme notre combat est public, comme l’an passé, vous pourrez la comparer puisque nous publions quasiment systématiquement la disponibilité du parc nucléaire. Et puis, nous surveillerons la situation dans les pays voisins. Je le répète néanmoins, les perspectives pour cet hiver 2024 sont beaucoup plus favorables que celles de l’an passé et le risque est analysé comme faible dans ce passage de l’hiver.
  • Sur la météo, l’analyse confirme à court terme cette analyse. À court terme, parce que les prévisions météo sont, sur le degré de fiabilité qui nous est utile, de l’ordre de 15 jours. Après, on peut regarder s’il y a des signaux. Aujourd’hui, on n’en voit pas, mais ce n’est pas une garantie qu’il n’y aura pas de vague de froid. Dans tous les cas, s’il y avait un événement météo exceptionnel, nous communiquerions à ce moment là. »

    Thomas Veyrenc, membre du directoire de RTE en charge de l’économie, de la stratégie et des finances

La modernisation des moyens de sauvegarde du système électrique

  • « La modernisation des moyens de sauvegarde du système électrique est apparue nécessaire lors des tensions connues pendant l’hiver 2023. La situation de tension, c’est lorsque la consommation ne peut pas être couverte par l’offre disponible sur le marché de l'électricité.
  • Dans ces conditions, et jusqu'à l’hiver dernier, donc avant 2022, pour rétablir l'équilibre, nous disposions de trois leviers de sauvegarde et de trois moyens de sauvegarde. 
    • Le premier, c’est l’interruption de certains clients industriels.
    • Le deuxième, c’est la baisse de 5 % de tension sur les réseaux de distribution.
    • Et le troisième, en dernier recours, c’est le délestage de la consommation, c’est à dire des coupures programmées, localisées, tournantes et d’une durée maximale de 2 heures de certains consommateurs.
  • Pour l’hiver l’hiver 2022-2023, la situation a été beaucoup plus alarmante, et le risque de tension comme le risque de délestage étaient très élevés. Nous avons eu deux éléments clés de sécurisation de notre sécurité d’approvisionnement.
    • Le premier, c’est la baisse structurelle de la consommation qui est essentielle. Elle est nécessaire puisque, en réduisant la consommation, les Français contribuent à repousser le risque de délestage.
    • Le second, c’est finalement la mise en place d’un système d’alerte du système EcoWatt. Et lorsque la tension est extrême et que le signal est émis à la couleur rouge, cela incite les Français à réaliser des gestes supplémentaires en matière de réduction de consommation. Et là aussi, cette réduction de consommation a pour effet de repousser l’usage des moyens de sauvegarde et de repousser le délestage. 
  • Il est important de réfléchir à la modernisation de nos moyens de sauvegarde. Et dans ce cadre, les pouvoirs publics travaillent à expérimenter l’augmentation du volume des moyens de sauvegarde situés avant le délestage. Il s’agit en particulier de travailler sur un dispositif ou une disposition de limitation de puissance. Cette disposition permettrait à chacun de conserver une alimentation en électricité et s’adresserait aux consommateurs résidentiels, en limitant temporairement et provisoirement la puissance maximale qu’ils pourraient consommer. Cette disposition de limitation de puissance ne serait activée qu’après avoir engagé l’ensemble des moyens qui se situent avant, c’est-à-dire tous les moyens de production, d’avoir importé au maximum ce qui est possible depuis l'étranger, d’avoir appelé l’intérêt des clients industriels et d’avoir baisser la tension. »

    Jean-Paul Roubin, directeur exécutif clients et opération du système électrique à RTE

EcoWatt, service de « météo de l'électricité » de RTE, développé en partenariat avec l’Ademe, a été téléchargé par plus de 3 millions de Français au 08/11/2023.
• Dans sa nouvelle version, disponible depuis le 07/11/2023, EcoWatt affiche désormais les heures durant lesquelles les Français peuvent couvrir toute leur consommation à partir d’une production nationale d’électricité totalement décarbonée (nucléaire, hydraulique, éolien, solaire). Ces heures favorables à la consommation sont plus fréquentes la nuit et l’après-midi du printemps à l’automne, mais interviennent aussi l’hiver pendant les périodes de températures clémentes, de forte production renouvelable ou les week-ends.

L’hiver 2022-2023, les Français ont réduit leur consommation d’électricité de 9 % (retraitée des effets météorologiques). En complément des imports d’électricité, cette baisse inédite des consommations, qui s’est maintenue au printemps et à l’été, a permis d’éviter 8 signaux EcoWatt orange et 12 signaux EcoWatt rouge.

• Dans ses perspectives pour l’hiver 2023-2024, RTE maintient une hypothèse centrale de consommation identique aux niveaux observés pendant l’hiver 2022-2023 dans un contexte où les prix de l’électricité demeurent élevés et avec le lancement d’un second plan gouvernemental de sobriété. En septembre 2023, la baisse des consommations se situe à -8 % par rapport aux consommations d’avant crise (-5 % en septembre 2022).

Production nucléaire cumulée en France (en TWh)

Source(s) : EDF

Évolution de la production d'électricité par filière en France depuis 2012


Note : TWh : Terawatt-heure
Production thermique à combustible fossile : charbon, fioul, gaz
Production bioénergies : biogaz, biomasse, déchets de papeteries, déchets ménagers non renouvelables, déchets ménagers renouvelables
Source(s) : RTE - Open Data Réseaux Énergies

Réseau de Transport d'Électricité (RTE)

Gestionnaire du réseau de transport d'électricité français.
- 106 874 km de lignes électriques
Création : 2000
Actionnariat : EDF (50,1 %), CDC (29,9 %) et CNP Assurances (20 %)
Missions :
- Assurer à tous, en France et en Europe, l’accès à une alimentation électrique économique, sûre et propre
- Réussir la transition énergétique en accueillant les énergies renouvelables et optimiser leur contribution, tout en éclairant les décisions publiques ;
- Favoriser le développement du tissu industriel des territoires et participer à la compétitivité des entreprises françaises.
Chiffre d’affaires : 4,9 Md€ (2022)
Employés : 9 397 (2021)
Président du directoire : Xavier Piechaczyk, depuis septembre 2020
Secrétaire générale :
Séverine Larere
Contact : Emilie Grandidier, responsable des relations presse
Tél. : 01 79 24 80 00


Catégorie : Distribution & Stockage


Adresse du siège

Immeuble WINDOW
7C, Place du Dôme
92073 Paris la defense Cedex France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 13154, créée le 03/03/2022 à 11:28 - MàJ le 19/07/2023 à 16:52

©  D.R.
Xavier Piechaczyk, Thomas Veyrenc et Jean-Paul Roubin le 08/11/2023 - ©  D.R.