Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Prix de l'énergie : « Le principal risque haussier en 2024 est de nature géopolitique » (Engie)

News Tank Energies - Paris - Actualité n°312140 - Publié le 16/01/2024 à 18:15
- +

Les prix du marché de l’énergie ont nettement chuté en 2023, essentiellement sous l’effet de facteurs conjoncturels (ralentissement économique, météo favorable, chute de la demande en énergie) ; l’Europe conserve certaines fragilités en termes d’approvisionnement énergétique, notamment en raison de sa dépendance au GNL Gaz naturel liquéfié  ; le principal risque haussier pour les prix de l’énergie en 2024 est de nature géopolitique, telles sont quelques-unes des tendances relevées par Engie sur le marché de l’énergie, et présentées le 16/01/2024. 

S’agissant de l’approvisionnement gazier en Europe, la part de gaz russe est passée de 31 % des importations en 2021 à 7 % en 2023. Sur la même période, la part du GNL est passée de 19 % à 38 %. Par ailleurs, l’Europe est devenue le premier acheteur de GNL américain depuis le début de l’année 2022. Les États-Unis représentaient 46 % des imports de GNL en 2023. 

Sur l’état des stocks de gaz en Europe, les niveaux de remplissage sont proches de 80 % au début de l’année 2024. « Nous sommes assez rassurés pour 2024. En dépit de la vague de froid au début du mois de janvier 2024, on voit que le système gazier européen est très résilient. Nous avons une très grosse marge », indique Engie.


Bilan 2023

  • Les prix du marché de l’énergie ont nettement chuté en 2023, essentiellement sous l’effet de facteurs conjoncturels : 
    • Ralentissement économique sur fond de hausse historique des taux d’intérêt 
    • Météo favorable
    • Chute continue de la demande d’énergie malgré la baisse des prix de gros. 
  • L’Europe conserve certaines fragilités en termes d’approvisionnement énergétique : 
    • Dépendance accrue au marché court-terme du GNL et compétition pour les volumes flexibles avec l’Asie : source de volatilité des prix du gaz jusqu’à la mise en production de nouvelles capacités de production GNL d’ici 2026
    • Production électrique nucléaire française en hausse mais toujours largement inférieure à son niveau historique. 
  • Le principal risque haussier pour les prix de l’énergie en 2024 est de nature géopolitique. 

Tendances 2024

Approvisionnement

  • « S’agissant de l’approvisionnement gazier, nous avons basculé, en Europe, d’une situation en 2021 où les importations par gazoducs de gaz russe représentaient 31 % de l’approvisionnement total européen, à une situation en 2023 où ils ne représentent plus que 7 %. 
  • En 2023, les importations de GNL représentent 38 %, contre 19 % en 2021. À noter que, dans cette part, il y a toujours du GNL russe qui atteint des terminaux méthaniers européens. Enfin, il y a moins de demande en gaz en Europe entre 2021 et 2023.  
  • De manière constante, depuis 2016, on constate de plus en plus de projets d’exports de GNL américains. Historiquement, jusqu’à fin 2021, la destination privilégiée était l’Asie et, depuis le début de l’année 2022, l’Europe est devenue le premier acheteur de GNL américain. En 2023, les États-Unis représentent 46 % des imports de GNL en Europe, devant le Qatar et la Russie. 
  • S’agissant de l’évolution annuelle des capacités de liquéfaction dans le monde, la mise en service de nouvelles capacités en 2024 restera assez faible (environ 15 milliards de m3). Entre 2025 et 2028, les capacités de liquéfaction dans le monde devraient augmenter entre 35 et 60 milliards de m3 par an. 
  • Vers la fin de l’année 2026, nous devrions réussir à recréer une marge suffisante dans le système gazier mondial pour servir l’Europe et l’Asie sans avoir de risque de compétition très forte sur les prix. » 

États des stocks 

  • « Nous sommes assez rassurés pour 2024. En dépit de la vague de froid au début du mois de janvier 2024, on voit que le système gazier européen est très résilient. Nous avons une très grosse marge. Début 2022, les niveaux de gaz en stock étaient à peine à 50 %. Actuellement, nous sommes proches de 80 %. 
  • Dans les mois qui viennent, nous sommes assez confiants sur la capacité des systèmes de stockage européens à se remplir correctement pour le début de l’hiver 2024-2025. »

Évolution de l'état des stocks de gaz dans l’UE


Note : News Tank publie l'état des stocks de gaz mensuel dans les pays de l’Union européenne. Les données utilisées sont exprimées en taux de remplissage ( %), au premier jour de chaque mois. 
Source(s) : AGSI

Production électrique

  • « Sur la partie électrique, la production nucléaire en France est en lente reprise. Nous avons atteint un point bas en 2022 à 278 TWh Térawatt-heure . En 2023, nous sommes passés à 319 TWh mais, historiquement, nous sommes toujours sur des niveaux très éloignés de la cible qu’EDF Électricité de France a fixé pour 2030. »

Montée en puissance des renouvelables 

  • « La montée en puissance des moyens de production renouvelable influence de façon croissante les prix de l’électricité. 
  • Nous voyons de plus en plus de prix négatifs en 2023 sur les principaux marchés électriques européens. Quand le prix est négatif, cela veut dire qu’il y a une sur-capacité de production. Ces événements sont tout de même assez rares. 
  • Le système électrique doit gérer cette contrainte de sur-production et a donc des besoins croissants de flexibilité. Il faut des moyens pour capturer la production renouvelable quand elle est en sur-capacité afin de la redistribuer quand le système en a le plus besoin. »

Le prix du CO2

  • « Un élément dont on parle assez peu dans les discussions sur la transition énergétique et qui a pourtant une influence assez forte sur le prix de l’électricité, c’est le prix du quota d’émission de CO2 dans l’Union européenne. 
  • Actuellement, avec un prix de gaz sur les marchés de gros autour de 30 € du MWh Mégawatt-heure et un prix sur les émissions de CO2 autour de 65 € la tonne, 30 % du coût de production d’un actif thermique vient du quota d’émission de CO2
  • C’est un outil intéressant pour favoriser les investissements dans les renouvelables. Cela donne le bon signal pour couvrir les coûts des moyens de production renouvelable. Mais c’est aussi un élément qui pèse de manière de plus en plus importante dans la formation des prix de l’électricité pour les heures au cours desquelles le système a besoin de moyens de production thermique pour s’équilibrer. »

Vers la fin du gaz russe en Europe ? 

  • « Même si cela peut paraître étonnant, il y a toujours du gaz russe qui arrive dans le système à travers l’Ukraine, via un contrat historique qui a été signé en 2019 entre l’opérateur ukrainien et Gazprom. Ce contrat prend fin le 31/12/2024. Dans nos prévisions, au 01/01/2025, nous partons du principe qu’il n’y aura plus ce gaz russe à travers l’Ukraine. 
  • Il reste un flux résiduel de gaz russe à travers la Mer Noire, via un gazoduc qui arrive en Turquie pour alimenter les pays d’Europe du Sud-Est. Cela représente une part minime du mix européen. 
  • Si jamais ce flux de gaz venait également à se tarir, nous arriverions à le remplacer, notamment car nous avons de nouvelles installations d’importation de GNL en Grèce. Par ailleurs, les interconnexions du système gazier s’améliorent, notamment dans les flux d’Ouest en Est. »

Engie

Acteur mondial de l’énergie, centré sur les renouvelables et les infrastructures énergétiques décentralisées bas carbone.
Quatre métiers cœur :
- Les énergies renouvelables
- Les infrastructures
- Les « Energy Solutions »
- La production thermique & la fourniture d’énergie
Création : 2008
- Né de la fusion entre GDF et Suez
Effectifs : 88 241 salariés en CDI, 4499 en CDD et 3714 jeunes en alternance (décembre 2022, dernier chiffre communiqué au 16/10/2023)
- Présence dans 31 pays en 2023
Chiffre d’affaires :
- 93,9 Md€ (2022)
- 2021 : 57,9 Md€
Président du conseil d’administration : Jean-Pierre Clamadieu
Directrice générale : Catherine MacGregor, depuis janvier 2021
Contact : Dominique Wood-Benneteau, directrice de la communication et de la marque
Tél. : 01 44 22 24 35


Catégorie : Producteur & Fournisseur
Entité(s) affiliée(s) :
- GRDF
- Engie Green
- Engie Solutions
- Storengy
- Lngeneration


Adresse du siège

Faubourg de l’Arche, 1 Place Samuel de Champlain
92930 Paris la defense Cedex France


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 13164, créée le 07/03/2022 à 10:18 - MàJ le 16/10/2023 à 14:52