Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Nucléaire : « Un défi de recrutement de soudeurs en France » (Pascal Rauner, Mecanuc)

News Tank Energies - Paris - Interview n°321334 - Publié le 11/04/2024 à 14:00
- +
©  D.R.
Pascal Rauner - ©  D.R.

« Il existe actuellement un véritable défi en matière de recrutement de soudeurs en France », déclare Pascal Rauner Président @ Mecanuc • Ingénieur électrique @ Grenoble INP - UGA
, président de Mecanuc Ensemblier industriel spécialisé dans le nucléaire s’appuyant sur des expertises en mécanique, métallurgie (tuyauterie, robinetterie, soudure), constructions métalliques, travaux de montage et… , ensemblier dans le nucléaire, à News Tank, le 11/04/2024.

« Cependant, je préfère éviter de qualifier cela de “problème”. Il est important de comprendre que cette pénurie de soudeurs découle en partie d’une stratégie de l'État français qui n’a pas mis l’accent sur la formation aux métiers manuels pendant des décennies, parce que considérés comme moins nobles dans le système éducatif français. Par conséquent c’est effectivement un métier sous tension en France mais qui actuellement repart et recommence à attirer. »

Mecanuc est la filiale “pôle Mécanique” du groupe Equans France lancée en novembre 2023. Elle propose quatre domaines d’expertise : tuyauterie industrielle, soudure, mécanique et levage.

Génie mécanique dans le nucléaire, les évolutions dans les différents métiers, relance du nucléaire en France : Pascal Rauner répond aux questions de News Tank.


En quoi le génie mécanique est au cœur de la relance de la filière nucléaire ?

Le génie mécanique constitue l’un des piliers fondamentaux, parmi les trois piliers des lots techniques, dans la construction d’une centrale nucléaire. Il nécessite l’installation de composants, la mise en place de réseaux et la réalisation de soudures, ce dernier aspect étant particulièrement spécialisé. La soudure est un métier en tension, une activité exigeante qui requiert des compétences solides, des formations spécifiques et des certifications particulières.

Nous avons la capacité de mobiliser un certain nombre de personnes dans ce domaine, nous continuons à former et à recruter et nous travaillons avec des entreprises fidèles qui sont prêtes à nous accompagner et à recruter davantage de talents dans ce secteur.

Nous avons joué un rôle crucial dans la mise en place des salles des machines de l’EPR de Flamanville »

En plus de la soudure, le génie mécanique englobe également d’autres aspects tels que la préfabrication de tuyauterie, la fabrication de supports et de charpentes métalliques, ainsi que leurs installations. Nos équipes ont par exemple joué un rôle crucial dans la mise en place des salles des machines lors de la construction de l’EPR European Pressurized Reactor de Flamanville 3 (Manche).

Une centaine de soudeurs étrangers sont venus à la rescousse d’EDF pendant les travaux liés au problème de corrosion sous contrainte… Il n’y a plus de soudeurs en France ?

Il existe actuellement un véritable défi en matière de recrutement de soudeurs en France. Cependant, je préfère éviter de qualifier cela de « problème ». Il est important de comprendre que cette pénurie de soudeurs découle en partie d’une stratégie de l'État français qui n’a pas mis l’accent sur la formation aux métiers manuels pendant des décennies, parce que considérés comme moins nobles dans le système éducatif français. Par conséquent c’est effectivement un métier sous tension en France mais qui actuellement repart et recommence à attirer. Ce manque de main-d'œuvre qualifiée n’est pas limité aux soudeurs, mais concerne divers secteurs en France.

Notre objectif est d’utiliser les compétences et les ressources de notre groupe pour former et attirer des talents dans ce secteur. Nous avons conscience de l’importance d’avoir une main-d'œuvre réactive et qualifiée en interne pour répondre aux besoins de production, tout en ayant également recours à un réseau de partenaires capables d’intervenir lors de pics d’activité.

À cet égard, nous travaillons avec des entreprises spécialisées à travers l’Europe qui fournissent des soudeurs hautement qualifiés pour nos projets, notamment sur le site international d’Iter. Bien que le recrutement de soudeurs soit actuellement un défi, nous sommes déterminés à utiliser nos ressources et notre réseau de partenaires pour répondre à ces besoins et anticiper les défis futurs.

Au-delà du métier de soudeur spécifique, est-ce que, dans la mécanique d’aujourd’hui, il y a suffisamment de personnes qualifiées ? Est-ce que la France est prête à relancer une filière qui annonce six EPR2 Réacteur à eau pressurisée (EPR) optimisé et industrialisé, développé par EDF.  ?

J’ai toujours été quelqu’un d’optimiste, car je crois que chaque jour, nous avons l’opportunité de nous améliorer dans nos métiers. Je suis convaincu que nous avons les ressources nécessaires, il suffit simplement de les mobiliser efficacement. Les bonnes initiatives au bon moment peuvent donner aux industriels la visibilité dont ils ont besoin pour investir.

Le chef de l'État a déjà donné des signes encourageants en annonçant des mesures potentielles, ce qui renforce notre intérêt à développer des entités comme la nôtre. Bien que je n’aie pas d'éléments factuels à fournir pour le moment, je peux vous assurer que nous avons l’intention de nous impliquer activement dans ce processus de développement. Cependant, nous ne pourrons pas agir seuls ; d’autres grands groupes doivent également s’engager. Je suis convaincu que les grands acteurs du génie civil en France sont également mobilisés pour répondre à ces défis.

Prenons des mesures concrètes pour former et développer de nouvelles compétences »

Nous devons prendre des mesures concrètes pour former et développer de nouvelles compétences dans nos domaines. Nous devons susciter l’intérêt des jeunes et des moins jeunes pour ce secteur. Il est essentiel d’attirer et de former de nouveaux talents. Certes, je pense que nous avons encore du travail à faire. Il est crucial de réactiver cette filière et de stimuler l’envie des jeunes générations de s’y orienter.

Il faut ainsi réévaluer et réinvestir dans divers secteurs, non seulement dans nos métiers spécifiques, mais aussi dans la promotion de l'énergie et la relance du tissu économique et industriel.

Après la pandémie de Covid et les événements en Ukraine, qui ont mis en lumière l’importance de l’indépendance énergétique des États, il est clair que les choix stratégiques sont en ligne avec les objectifs du Président de la République. Cette volonté de relance économique est partagée par l'État et par des acteurs privés comme le nôtre, ce qui pourrait potentiellement rétablir notre notoriété dans le secteur, comme cela était le cas il y a quelques décennies. Ces signaux positifs nous encouragent à poursuivre nos efforts et à contribuer à cette dynamique de relance.

Est-ce que votre expertise sur Iter Réacteur thermonucléaire expérimental international vous permet de travailler sur les prochains EPR ou sur les SMR Small Modular Reactor  ?

Pour Iter, le type de réacteur est différent. Cependant, les gestes professionnels que nous réalisons ici sont similaires à ceux que nous pouvons effectuer sur d’autres projets. Bien entendu, les tuyauteries et les équipements ne sont pas exactement les mêmes, mais les gestes professionnels tels que l’installation, la pose, la soudure de supports et de tuyauteries sont communs. De plus, il y a tout un ensemble d’activités associées à ces métiers, telles que le contrôle qualité avec les plans de contrôles, le suivi des activités et leurs traçabilités, la coordination et la planification des tâches.

En ce qui concerne l'équipe de management, environ un quart de notre équipe est dédié au contrôle qualité. L'équipe de contrôle qualité est aussi importante que l'équipe de construction en termes de suivi de projet. Ainsi, nous travaillons sur des métiers qui nécessitent un suivi rigoureux et une traçabilité précise. Nous avons besoin de personnes possédant une connaissance approfondie des normes et des spécificités du métier.

Iter est actuellement le plus grand chantier de construction neuve en activité dans le domaine du nucléaire en France. Cette situation nous a permis de retenir des talents et de développer nos compétences sur la base de ces talents. Être l’un des principaux entrepreneurs sur cette plateforme est donc clairement un avantage pour nous.

Quelles sont les évolutions de la mécanique propres au nucléaire ?

C’est un long parcours et on parle d'évolution. Ce n’est pas non plus une révolution industrielle. Mais je pense qu’aujourd’hui, ce métier est comme d’autres, assez ancien. Il a existé depuis la nuit des temps. Je pense qu’aujourd’hui, il y a trois axes dans ce que nous cherchons à faire. Premièrement, nous voulons aller vers la 4D, essayer de manager nos projets avec la 4D, c’est-à-dire intégrer le timing dans la maquette 3D. La maquette 3D fait partie de nos automatismes.

Nous voulons aller vers la 4D »

 Ensuite, il y aura tout ce qui concerne la préfabrication et l’externalisation, le pré-montage, analyser comment nous pouvons pré-monté en externe pour garantir que nous avons le bon niveau de précision. Aujourd’hui, nous avons les maquettes 3D, nous avons vraiment tout le positionnement au millimètre, mais parfois il reste des impondérables. Il est par conséquent essentiel d’intégrer davantage ce qui va encore plus loin dans les outils numériques.

Les outils numériques, enfin, doivent être davantage au service du chantier, ils sont aujourd’hui beaucoup au service du design et du développement.

Et l’intelligence artificielle dans tout cela ?

Nous avons mis en place des groupes de travail internes pour explorer les possibilités offertes par l’intelligence artificielle. Cependant, à ce stade, je n’ai pas encore de données spécifiques à fournir pour confirmer de manière concluante les avantages que cela pourrait nous apporter. Nous envisageons que l’IA puisse être d’une aide précieuse dans notre quotidien, notamment en accélérant certains processus administratifs et en nous libérant du temps pour nous concentrer sur nos activités principales. Cela pourrait se traduire par des gains d’efficacité dans nos opérations quotidiennes.

Pascal Rauner


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Mecanuc
Président
Equans France
Manager
Equans France
Directeur de projet pour Iter
Endel
Directeur de construction
ENGIE Ineo
Directeur général exécutif rail
ENGIE Ineo
Manager de projets
ENGIE Ineo
Manager de branche

Établissement & diplôme

Grenoble INP - UGA
Ingénieur électrique

Fiche n° 51031, créée le 04/03/2024 à 18:17 - MàJ le 10/04/2024 à 15:56

Mecanuc

Ensemblier industriel spécialisé dans le nucléaire s’appuyant sur des expertises en mécanique, métallurgie (tuyauterie, robinetterie, soudure), constructions métalliques, travaux de montage et solutions de logistique. Filiale d’Equans France, société du groupe Bouygues.

Création : novembre 2023
Missions  : à travers ses métiers, assurer la sûreté, la sécurité, la qualité, la performance, la maîtrise documentaire et les certifications
Effectifs : 40 collaborateurs
Président : Pascal Rauner
Contact : Laure de Longevialle, chargée de communication
Tél. : 06 62 34 71 77






Catégorie : Expertise - Ingénierie
Maison mère : Equans


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Fiche n° 15575, créée le 10/04/2024 à 15:23 - MàJ le 10/04/2024 à 15:47